Gionata Gesi, sous le nom Ozmo, né à Pontedera (Pise) en 1975, se forme à l’Académie des Beaux-Arts à Florence.

Après une première activité dans le domaine de la bande dessinée et des graffitis, en 2001 il se déplace à Milan, où il commence à collaborer avec la Galerie Cannaviello, en signant avec son prénom et en présentant des ouvrages à la forte connotation picturale. En même temps l’artiste déjà affirmé intervient dans l’espace public en signant avec son tague Ozmo, jetant ainsi les bases pour ce qui est devenu l’art urbaine italienne contemporaine, dont il est un des pionniers, ainsi qu’un des majeurs représentants au niveau internationale.

Depuis 2003 les œuvres de Ozmo sont une présence constante dans le circuit des salons d’art et des galeries privés italiens et certaines importantes collections publiques. Parmi les expositions muséales italiennes nous rappelons: Palazzo della Ragione (2005), Pac (2007), Palazzo Reale (2007). Le 2012 est une année charnière pour l’artiste qui, pour la première fois en Italie, porte l’art urbaine dans deux importants musées publics: au Museo del 900 de Milan il signe sa grande exposition solo “Premier Plan d’Artiste”, avec 600m2 de ses propres travaux d’installations de grandes dimensions contextualisés pendant une performance picturale de la durée de deux semaines; il clôture l’année avec la réalisation d’une majestueuse œuvre murale, qui rentre faire part de la collection permanente du Museo Arte Contemporane (MACRO) de Rome.

En 2013 l’institut Encyclopédique italien lui consacre une voix dans la prestigieuse Encyclopédie Treccani. Parallèlement à l’activité artistique institutionnelle il a créé son propre festival annuel d’art urbaine en 2015, “Wall in Art”, duquel il est directeur artistique. Celui-ci se déroule dans les montagnes de Valcamonica, classés par l’Unesco comme site préhistorique d’art rupestre.

En 2019, grâce à la commission de la mairie de Rieti il devient le premier artiste urbain en Italie à être charger institutionnellement pour la réalisation d’une intervention sur la paroi externe d’un tribunal.

À l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre le Sida, le 1 Janvier 2019 Ozmo réalise une fresque dans le 12e arrondissemnet de Paris en partenariat avec le centre urbain Fluctuart.

Grâce à sa croissante notoriété, de 2001 à aujourd’hui Ozmo réalise des interventions d’art public monumentale dans les capitales les plus importantes de l’art contemporaine et urbaine. Nous citons: San Francisco, New York, Miami, Atlanta, Chicago (USA); Londres (UK); Berlin (Allemagne); Paris (France); Shangai, Chengdu (Chine); Moscou (Russie); San Paolo, Fortaleza (Brésil); Le Havane (Cuba); Cap-Vert (Cap-Vert); Lugano (Suisse); Beirut (Liban), Gdansk (Pologne); Tunis (Tunisie); en parallèle il continue à travailler dans de nombreuses villes italiennes comme Milan, Rome, Gênes, Ancône, Palerme, Bari, Turin, etc.

POÉTIQUE ET PRATIQUE ARTISTIQUE

À l’intérieur de son travail Ozmo mêle art contemporain et art urbaine, associant des éléments classiques à la pop culture, tout en s’inspirant à des stratégies de notre époque. Son ambition est de dépasser l’aspect formel de l’art urbaine pour créer un véritable art conceptuel public, en interprétant des questions ésotériques et symboliques de façon critique et spirituelle.

Ozmo utilise des grosses coupures en PVC imprimés qu’il récupère comme objet trouvée en intervenant souvent gardant et incorporant l’impression dans la peinture.

Pendant les années il a exploré différentes techniques de peinture à l’huile, en passant par l’acrylique et la tempera ou de la chaux pour les grandes surfaces murales. Il est à son aise quand il utilise des instruments traditionnels tels que, pinceaux, crayons et pastels, et aussi ceux contemporains comme les feutres, l’impressions adhésives et la tablette graphique avec les nouveaux médias numériques.

Lorsqu’il travaille dans l’espace public, Ozmo intervient toujours sur un site spécifique, créant des interventions qui se rapportent au contexte et au spectateur à plusieurs niveaux.