Mauro Pallotta, alias MAUPAL, est né à Rome en 1972. Il y a fréquenté
d’abord l’école d’art A. Caravillani et plus tard l’Académie des
Beaux-Arts de Rome.
Les lieux de l’enfance et de l’adolescence de l’artiste ont sans doute
influencé le contenu de ses œuvres : la proximité avec les lieux de la politique
et le Vatican, et les stimuli intellectuels d’une ville multiculturelle
comme Rome, ont veillé à ce que sa sensibilité puisse s’enrichir d’une
propension forte et naturelle à utiliser l’ironie et la satire politique
comme véhicules d’expression artistique, faisant de ses œuvres des signes avant-coureurs de
messages à forte pertinence sociale et humanitaire.

Dès les premières expérimentations, la tendance de l’artiste est évidente
à l’utilisation de supports et de styles hétérogènes, dans le but de pouvoir connecter
autant que possible le sujet représenté au matériel utilisé, en créant une expérience synesthésique avec ses œuvres.
Les premières œuvres voient l’utilisation de matériaux inhabituels et parfois de
récupération, comme les cartes à jouer, les bouchons, le verre et le plastique, les objets
dépouillés de leur fonction ordinaire et rendus dépositaires de sens
alternatifs et souvent antithétiques aux originaux.
Les œuvres de la période suivante se caractérisent par l’utilisation de la laine
l’acier, qui sert à la fois de toile et de matériau sculptural.
Avec cette technique les images représentées, bien que
inspirés par des sujets extrêmement différents, parviennent à conquérir
une aura de réalisme caractéristique de la nature et de l’unicité de chacun des
modèles utilisés.
Ayant obtenu du succès dans le domaine des Beaux-Arts, avec des expositions personnelles à Rome, Londres et Miami, en 2014 l’artiste se concentre sur la rue et déplace son objectif créatif vers le Street
Art.
Le premier opéra de rue, le “Super Pope”, atteint rapidement un
un succès fulgurant dans le monde entier, comme une représentation
contemporaine et impénitente du Pape François, symbole d’un
modernisation possible de l’Église catholique.
Le Wall Street Journal, USA Today, The New York écrivent à son sujet, tout comme The
Times, The Guardian, The Daily Mail, The Independent, The Sun, Times, Le
Monde. L’equipe, Le Figaro, Le Parisien, Der Spiegel, El Pais, El Mundo,
O Globo et bien d’autres.
En 2016, le célèbre magazine new-yorkais ARTNET a ajouté MAUPAL
dans le classement des trente artistes de rue les plus influents au monde. Aujourd’hui
MAUPAL collabore à des initiatives sur le Street Art au niveau national ed
international et ses œuvres sont présentes dans les galeries et foires du monde entier.
Il expose principalement dans des galeries et musées italiens, à Londres (Royaume-Uni) et à Miami (USA).